Les HACKSPILL et le chemin de fer

Publié le par Solnade


La Vie du Rail - Archives SNCF

 


En août 1882, Louis Céleste voyage en train et, lors de son trajet Vienne-Trieste, il écrit à Marguerite qu’ « il n’y a que les chemins de fer pour nous amener à de pareilles transitions».


En 1870, avec sa troupe, c’est en train qu’il se rendit à Thionville pour rejoindre le front de l’Est lors de la guerre contre les Prussiens.


Dorénavant,  aujourd’hui et demain, c’est toujours en train que Louis Céleste se déplacera.


S’il n’avait pas fait carrière dans l’Armée française, peut-être aurait-il lui aussi rejoint les chemins de fer à l’instar de ses cousins germains Charles Joseph Eugène,  qui quitta l’armée pour se mettre au service des Chemins de fer de l’Est en qualité de dessinateur et Joseph Alfred, chef de section à la Compagnie de Bône-Guelma.  Même qu’il a rencontré son lointain « neveu » Albert Henri à Tunis, qui y est chef de district. Sans compter ses cousins de Hestroff, dont la grande majorité rejoindra également les chemins de fer au cours du dernier quart du 19e.


Jusqu’à l’avènement du chemin de fer, c’était vers le travail du bois et l’armée que se tournaient de préférence les Hackspill. Maintenant, en cette 2e moitié du 19e, beaucoup d’entre eux, fascinés par le rail, vont rejoindre la Compagnie de l’Est qui soit les sédentarisera à Hestroff, soit les mènera à Paris, en Algérie et en Tunisie.


Pour rappel, au 19e, le train est au cœur de la révolution industrielle et occupe une place centrale dans l’économie mondiale. Il a ses partisans et ses détracteurs. Le rail est né du besoin des hommes à déplacer de lourdes charges. En France, la 1ère ligne de chemin de fer est ouverte en 1828 pour relier les mines de St-Etienne au port fluvial d’Andrézieux puis, en 1833, à Lyon.


Puis le train apprivoise le grand public. La 1ère ligne  pour les voyageurs, Paris-Saint-Germain-en-Laye, est inaugurée en 1837 sous le règne de Louis-Philippe.

Le gouvernement français, les industriels et les financiers pressentent les immenses possibilités  de ce nouveau moyen de transport. En 1842, la Charte des chemins de fer attribue à l’Etat la construction des infrastructures et des ouvrages d’art. Elle laisse aux compagnies l’édification des bâtiments, la pose des voies et la fourniture du matériel roulant.


En 1848, à la fin de la monarchie de Juillet, la France dispose de 2200 km de voies ferrées. Dès 1850, des lignes relient Nancy à Metz, Strasbourg à Bâle… 5 compagnies déploient leurs tentacules de plus en plus loin, dont la compagnie de Paris-Strasbourg qui deviendra la Compagnie de l’Est en 1854.


Tandis que la France rattrape son retard sur l’Angleterre, la Belgique, l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche et l’Italie s’équipent. Dès 1840, les lignes françaises franchissent les frontières. Dans la seconde moitié du 19e rien ne se fera plus sans le chemin de fer. Le train maille les pays, domine le monde.


L’Etat met en avant le service public, les compagnies le profit. 3 classes sont créées. Les voitures de 3e  sont des tombereaux souvent dépourvus de bancs, alors que celles destinées aux gens aisés possèdent sièges en velours, tapis, rideaux et vitres.


A partir du Second Empire, l’engouement pour le train est tel que la moindre sous-préfecture veut sa ligne de chemin de fer. Entre 1880 et 1914, tous les départements se dotent de réseaux secondaires complétant les grandes lignes d’où naissance du tramway à Strasbourg dès 1878 et du métropolitain à Paris en 1900.


En 1880 et 1882. Louis Céleste, chargé de mission pour le gouvernement français s’est offert  le velours, les wagons-restaurants et les couchettes. Après 1883, il a très certainement offert à sa chère Marguerite le luxueux Orient Express qui relia Paris à Istanbul via Vienne.


Présentement, même s’il doit se contenter de petites lignes, souvent l’omnibus qui peine à dépasser les 80 km/h, Louis Céleste, féru de nouvelles technologies, est enchanté par le chemin de fer. Parions que s’il se trouvait encore parmi nous, il aurait été le premier à voyager sur la toile…

Publié dans histoire

Commenter cet article