Louis Hackspill, °1797 †1876, garde principal du Génie

Publié le par Solnade

Louis HACKSPILL est  né le 9 janvier 1797 à Hestroff. C'est tout ce que nous avons de lui dans ce village qu'il quitta probablement jeune.


Nous retrouvons ses traces dans la base ELEONORE, titulaire de la Légion d'honneur, et un peu plus tard dans la liste des Pensionnés du 19e siècle. Source : Bulletin des Lois des optants pour la nationalité française en 1871. On y relève au passage qu'il fut  Garde principal du Génie, qu'il cessa ses activités le 8 mars 1862 et que sa pension était de 440 francs au moment de son décès le 7 janvier 1876. On découvre aussi que Louis est marié à une Demoiselle Jeanne DALSTEIN, née le 26 janvier 1799 à Freistroff en Moselle. Le couple, marié depuis le 26 janvier 1825 (où ?) était domicilié à Paris.


Voilà toutes les données dont nous disposons sur Louis Hackspill jusqu'en 2005, année au cours de laquelle nous faisons connaissance avec Christian H, son arrière-petit-fils. Nous découvrons ainsi avec bonheur que Louis est le père de Louis Céleste né à Sedan, figurant également dans la base ELEONORE et grand-père de Louis Henri de l'Académie des Sciences.


Louis et Jeanne sont évoqués à plusieurs reprises par leur fils Louis Céleste dans son carnet de route :



1871. En rentrant de captivité, j'avais appris à Metz, la mort de ma soeur aînée Augustine. Après la commune, j'avais retrouvé mon père et ma mère à Paris où ils avaient passé le 1er et le 2ème siège et le temps de la commune


Janvier 1876, je perds mon père, décédé dans sa 81e année


26 (juillet), marche dans la direction de Sarrelouis. Je vais à Frechestroff  où je visite la famille Salmon, parente de ma mère.


1881 Je reçois un prix du ministre pour mon rapport sur mon voyage en Allemagne. 1er mai, je suis détaché à l’état-major du Ministre de la Guerre (3e bureau). Je vais avec toute ma famille habiter Passy, 20 rue des Sablons. Au mois de janvier de cette année, j’ai perdu ma mère, décédée à Paris, avenue Duquesne n° 41, à l’âge de 81 ans.



Suite :  Louis Céleste Hackspill "1870-1871 la Moselle et la Commune"  "histoires de popote, jambières et capotes", "pour qui "être bien monté" est chose importante", .


Publié dans Louis I

Commenter cet article