Jean-Baptiste Hackspill °1752 †1815, prêtre réfractaire

Publié le par Solnade

Jean-Baptiste HACKSPILL, né à Hestroff le 27 février 1752, est le fils de Jean ou Joannis ou Johann et de Marguerite CORDONNIER.

Cité parrain à plusieurs reprises entre 1756 et 1780, Hestroff voit réapparaître Jean-Baptiste en 1788 comme curé officiant lors de l'inhumation d'un certain Jean KRATZ.
D'autres traces dans lesdits registres révèlent qu'en 1773, il fut sous-diacre lors de l'abjuration de Catherine VEIS, diacre lors de l'inhumation de Anne-Madeleine DEPENWEILLER en août 1774 (il y fut notamment cité "Sieur Hacspil, diacre").

C'est Jean-Baptiste qui imposa la graphie "HACKSPILL" , se démarquant ainsi de toutes les orthographes trouvées jusque là dans les registres paroissiaux.

Alfred LOUIS, fondateur du cercle de généalogie 571, a suivi son parcours depuis 1776, dont chronologie ci-dessous :
  • 1776 ordonné prêtre
  • 1779 vicaire à Varize puis à Hombourg la Forteresse
  • 1783 aumonier de la cure ducale de Deux Ponts (aujourd'hui dans le Palatinat mais ayant appartenu à la Lorraine ducale)
  • 1784 vicaire à Varize
  • 1786 vicaire à Grostenquin
  • 1791 il refuse de jurer, se réfugie en Allemagne
  • 1802 Il fait sa déclaration devant le résident français à Francfort- sur- le-Main, rentre au pays. Est amnistié en août 1803. Retourne à Francfort, revient à Hestroff

Joseph décède dans son village natal le 2 janvier 1815.

En 1934, Jean-Pierre H, confia au journal le Lorrain :


Mon arrière-grand–oncle, le Cistercien, était le P. Léopold. A la Révolution il dut, comme les autres moines, quitter le couvent. Un cultivateur du pays le conduisit en Rhénanie. Il a payé ce geste par la prison. Sous Napoléon 1er, mon oncle, le moine Léopold revint au pays, à Hestroff, où il perdit la vue bien vite. C’est ma grand’mère, sa nièce, qui conduisait le vieux Cistercien par la main. Il est mort à Hestroff. Le dernier moine de Villers-Bettnach repose dans notre cimetière….

Jean-Baptiste serait-il le mythique Moine Léopold que nous cherchons en vain à Villers-Bettnach ?

Les dates semblent le confirmer et contredire les affirmations de Jean-Pierre qui fit écrire aux cousins Bretons la même année :


"Au milieu du 18e siècle avant la grande révolution, il y avait au Couvent de Villers Bettnach un moine Léopold venant de la Hongrie, qui exerçait le métier de sculpteur sur bois. Pour lui venir en aide il fit venir de son pays son frère Jacques Hackspill, menuisier charpentier. Celui-ci se mariait avec une demoiselle Schuler de Guirlange, soeur d'un autre moine et .... Il a eu 7garçons et 4 filles.


Publié dans généalogie

Commenter cet article