Louis Hackspill °1814 †1890, cuirassier; maréchal ferrant, maire de Hestroff

Publié le par Solnade

Louis HACKSPILL, de la branche Joseph, est cité "Cuirassier 2e régiment en congé temporaire" lors de son mariage avec Marie Catherine DICOP le 13 février 1843 à Hestroff en Moselle.


NB :  Les cuirassiers sont des cavaliers lourdement équipés.
La réforme de Napoléon Bonaparte du 1er Vendémiaire An XII (24 Septembre 1803) a transformé 80 régiments de cavalerie, dont 12 de cuirassiers. En 1807, le régiment passe de 4 à 5 escadrons avec un effectif de 1040 hommes. Malgré la suppression du 5e escadron en 1809, l'effectif ne diminuera pas. Un 13e et un 14e régiment sont constitués en 1810 et en 1812. La taille minimale des cuirassiers était fixée à 1.73m.

Les cuirassiers faisaient partie avec les carabiniers de la cavalerie lourde, par opposition aux dragons et lanciers (cavalerie de ligne), et aux hussards et chasseurs (cavalerie légère).

Ils étaient protégés par un plastron, plus pour le 8e, une dossière, formant une cuirasse, ce qui leur a donné leur nom. Ils étaient armés d'une carabine, d'une latte, sorte de sabre droit et de deux pistolets. La puissance de leurs charges étaient telles, qu’ils étaient surnommés familièrement « Les gros frères » ou « Les hommes de fer » : Balzac, dans le Colonel Chabert et, Victor Hugo dans les Misérables ont décrit ces charges comme faisant trembler tout le champ de bataille.

Les régiments étaient organisés en 2 compagnies de deux escadrons, à raison de 200 hommes par escadron.

La mécanisation du XXe siècle a transformé ces régiments en régiments de blindés. Certains on gardé le titre de régiments de cuirassiers et sont équipés des matériels blindés les plus puissants, tels que les chars d'assaut AMX30 et Leclerc.


De retour dans son village natal, il travailla comme maréchal ferrant, probablement dans la "Forge Jacob" qui jouxtait la ferme Dicop (plus tard Lemmery). Les Dicop avaient 1 fils et 6 filles. Louis épousa la 2e tandis que son ami Franz LEMMERY épousa en 1853 la benjamine, Catherine-Barbe dite Bibi.

Louis Hackspill aimait se faire photographier.


Louis Hackspill contant fleurette à sa dulcinée... (Collection Jérôme MAGAR)




Louis Hackspill avec son épouse et sa belle-fille Mélanie Suzanne LAGLASSE, dite Tante Laanie ( (Collection Jérôme MAGAR))


Une de ses petites-filles, Marie-Louise, se rappelle que son arrière-grand-mère ne s'entendait pas trop avec sa grand-mère, Catherine WEBER, sage-femme.

Catherine Dicop affichait sa préférence pour sa bru Laanie (ci-dessus), tout comme pour son dernier garçon François (ci-contre).


François, frère benjamin de Jean-Pierre, fut également maire de Hestroff.























Louis Hackspill posant devant un chantier. Aucun descendant n'est en mesure de reconnaître les lieux.








Publié dans people

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

françoise dicop 19/01/2016 16:48

Quelle émotion de voir des photos de mes ancêtres dicop ! Merci