Hestroff et un de ses aubergistes François CHOTIN ca 1714 †1795

Publié le par Solnade

François CHOTIN est cité pour la première fois à Hestroff le 10 septembre 1774 quand sa femme Marie-Barbe GROSSE vint à décéder. De cette union,  il a deux filles Louise et Elisabeth, citées marraine à tour de rôle entre 1773 et 1782.  François a 60 ans.

Deux mois après le décès de sa première femme, François Chotin prend en 2e noces Anne-Barbe JOB ou JOBBES ou JACOB née à Holling en 1731, dont il n'aura pas de descendance. Anne-Barbe décède dix ans plus tard en 1784 et François a à ce moment-là 70 ans.

A peine 4 mois plus tard, François , qui n'aime pas rester veuf bien longtemps, Marie GILLES ou GILLE ou GIL de 30 ans sa cadette.

François Chotin (il signe Chottin) est cité dans divers actes débitant en tabac, aubergiste ou cabaretier voire Sieur par le curé officiant.

Son seul héritier mâle décède à l'âge de neuf jours. Il n'assistera pas à son inhumation. Il décèdera 5 ans plus tard, le 2 février 1795, à l'âge de 81 ans. C'est sa "veuve du second lit",  Marie Gilles,  qui déclare son décès en mairie. C'est la premières fois qu'une femme fait ce type de déclaration... Les temps ont changé...


Comment un François CHOTIN, originaire de Crusnes en Meurthe-et-Moselle, est-il venu s'installer à Hestroff ?

Nous savons que Antoine FREY, chirurgien, ainsi que Georges KÖNIG, meunier, puis aubergiste puis négociant, tous deux de Hestroff,  fréquentaient  les "Trois Roys" à Metz, auberge tenue par la fille HEUDACKER.

Marie GILLES, sa dernière épouse, n'est-elle pas
veuve de François ADACKER, originaire de la Suisse, vivant marcar demeurant à Xirxange lieu-dit dépendant de Maizières... décédé à Metz chez sa belle-soeur Marie HEUDACKER, aubergiste à l'enseigne des Trois Troys ?




Publié dans people

Commenter cet article