Hackspill, nom à coucher dehors ?

Publié le par Solnade

En Lorraine comme en Allgäu, la graphie du nom Hackspill différait au gré des plumes. Les noms étaient transcrits tels quels ou comme on les entendait.

La graphie originale semble toutefois être Hagspiel.

Joseph H, en 1716, lors de son mariage, ne signa-t-il pas Hag Spiel (ou Spill ?) un acte dans lequel le servant de Dieu le citait Joseph Hacspiel fils de feu Jean Haagspiel ?


 

Rien que 3 variantes dans le même acte !

A l'instar d'autres noms à coucher dehors, Hackspill ne fut jamais orthographié de la même façon.

Ce n'est que vers le milieu du 19e siècle que l'orthographe se figea avec l'apparition du livret de famille.

On trouve parfois des formes surprenantes. Ainsi, Hackspill devint Hacpille après 1828 à Metz "la Française".

Au début du 21e, plusieurs graphies sont encore en vigueur en France :
19 Hackspill, 2 Hackspiel, 3 Hackspille, 1 Hagspiel, 13 Hacpille et 6 Hachspil.

En Allemagne :
91 Hackspiel et 194 Hagspiel; en Autriche, 2 Hackspiel et 17 Hagspiel dont Hagspiel-Touristik (les bus),  Hagspiel Holzbearbeitung et Maria und Peter à Hittisau (à 20 km de Oberstaufen en Bavière); en Suisse, 10 Hackspiel, principalement à Nuglar, et 18 Hagspiel dont la grande majorité habite le canton de St-Galles aux confins de la Bavière et le Tyrol.

En Lorraine et en Alsace, Hackspill est prononcé à l'"allemande". En Bretagne, le nom, bien qu'orthographié Hackspill, est prononcé Hachpil, d'où encore et toujours des erreurs dans la presse locale.

Bref, les H tout occupés à leur orthographe en avaient presque oublié de s'interresser à l'éthymologie de leur nom. Jusque récemment beaucoup d'hypothèses fantaisistes  circulaient avant que leur cousine adoptive Marie-Thérèse Fischer se laissât entraîner par ses méditations sur le composé hack + spiel.

Elle rapporte à ce propos que des Suisses et/ou Tyroliens installés en Alsace ont été affublés d'un suffixe "-piel" ou "pill" dérivé de "Bühl" signifiant colline. Quant aux altérations d'occlusives, Hag ou Hack définirait une famille par rapport à la situation de sa maison. Conclusion, les Hagspiel devaient habiter sur la pente d'une colline buissonneuse ou couronnée par un petit bois.


NB : Aujourd'hui, l'expression " avoir un nom à coucher dehors" concerne les noms difficiles à prononcer alors qu'au Moyen-âge, et jusqu'au début du 19e, le patronyme reflétant presque toujours le rang social, permettait à l'aubergiste à classer ses clients. Celui qui avait un nom indiquant l'appartenance de son titulaire à la noblesse ou à une fonction sociale importante était placé en tête de liste, les autres à la suite. Lorsque la capacité du lieu était dépassée, les derniers de la liste n'étaient pas accueillis et devaient coucher dehors ou dans les écuries...


Publié dans histoire

Commenter cet article